Actualités

Réhabilitation du commissariat de Dunkerque : intervention de Christian Hutin

Divers19/05/15

M. Christian Hutin interroge M. le ministre de l'intérieur sur la mise en œuvre de la réhabilitation du commissariat de Dunkerque qui correspond à une urgence liée à la vétusté de l'établissement et à plus long terme sur la construction d'un nouvel hôtel de police à Dunkerque, investissement aujourd'hui indispensable.

Question orale de Christian Hutin à l'Assemblée nationale le mardi 19 ai 2015/
Réhabilitation du commissariat de Dunkerque :

Mme la présidente. La parole est à M. Christian Hutin, pour exposer sa question, n1039, relative à la réhabilitation du commissariat de Dunkerque.

M. Christian Hutin. Madame la secrétaire d'État, 380 fonctionnaires de police assurent la sécurité de 200 000 Dunkerquois dans notre agglomération. Ils le font avec efficacité et courage, comme l'ont malheureusement prouvé un certain nombre d'événements récents. Ils le font cependant dans des conditions difficiles, dans des bâtiments vétustes. Je sais, de mémoire, qu'un certain nombre de travaux sont prévus, en particulier la réfection des toitures et du sous-sol, en raison de fuites, ainsi que celle de l'accueil, qui est absolument indispensable, ce dernier n'étant plus du tout adapté. Il est absolument terrible d'accueillir en ces lieux les gens se déplaçant pour faire établir des procurations de vote.

Les conditions de travail des fonctionnaires de police sont également rendues difficiles par la dispersion des sites du commissariat : les renseignements se trouvent dans la ville voisine de Coudekerque, la sécurité urbaine se trouve à Grande-Synthe, qui est également éloignée, et la police de l'air et des frontières se situe à Saint-Pol-sur-Mer. Quand les policiers doivent s'entraîner au tir, ils doivent se déplacer, ce qui est autant de temps perdu dans les transports. Il en va de même pour les salles de sport.

D'autres travaux sont absolument nécessaires : ceux concernant les locaux d'archives, qui deviennent dangereux – il y a là, je tiens à le signaler, un risque majeur – ainsi que ceux relatifs aux huisseries, en raison des fuites existantes.

Bien entendu, dans le Dunquerkois, on rêve d'un nouvel hôtel de police, mais, pour l'heure, on souhaiterait avoir quelques informations sur les travaux prévus, ainsi que sur ceux qui ne le sont pas encore mais nous semblent indispensables. Les fonctionnaires de police le méritent.

Mme la présidente. La parole est à Mme la secrétaire d'État chargée de la politique de la ville.

Mme Myriam El Khomri, secrétaire d'État chargée de la politique de la ville. Monsieur le député, votre question est très importante. Elle interroge bien sûr sur les conditions de travail des fonctionnaires de police, mais aussi sur les conditions d'accueil du public, élément extrêmement important.

Le ministre de l'intérieur tient à rappeler que, malgré les contraintes budgétaires et la nécessité pour le ministère de l'intérieur de prendre part au redressement des comptes publics, la loi de finances pour 2015 se traduit par des efforts significatifs sur les crédits hors titre II – fonctionnement et investissement – de la police nationale, qui sont passés de 935,6 millions d'euros en 2013 à 937,8 millions d'euros en 2014 ; ils s'élèveront à environ 978,4 millions d'euros en 2015.

S'agissant précisément du commissariat de Dunkerque, ses locaux sont effectivement, comme vous les avez décrits, vétustes et dégradés. Une étude de faisabilité sur un projet de réaménagement des locaux a été menée en 2014. Une opération immobilière d'envergure, représentant près de 600 000 euros, va être réalisée en deux phases et permettre d'importantes améliorations. La première concerne, dans le bâtiment principal, le réaménagement de l'espace d'accueil du public, du bureau du chef de poste, du local de dépôt d'armes, de la salle de rédaction et du bureau des officiers. Ces travaux, d'un montant d'environ 250 000 euros, seront engagés au cours de l'année.

Par ailleurs, la réhabilitation des vestiaires et des douches du bâtiment annexe a été inscrite au budget de 2015 pour un montant de 100 000 euros.

La seconde phase de travaux concerna l'aménagement de deux bureaux, des locaux archives et papeterie dans le bâtiment annexe, le réaménagement de la salle de réunion et de trois bureaux dans le bâtiment principal, la remise en fonction de l'accès des personnels à la cour de service ainsi que la création d'une issue de secours dans la zone de sûreté pour un montant de 250 000 euros.

Le ministre de l'intérieur tient par ailleurs à souligner, comme vous l'avez indiqué, monsieur le député, que les travaux de réfection de la toiture devraient s'achever à la fin du mois de juin.

Concernant les infiltrations d'eau au sous-sol, les études préalables sont en cours, ainsi que la réalisation d'un diagnostic hydraulique.

Le ministre de l'intérieur est conscient de l'importance des attentes, pleinement justifiées, des fonctionnaires de police de Dunkerque, des habitants et de leurs élus. Les premiers travaux sont donc en cours. En tout état de cause, il souhaite vous assurer, monsieur le député, de son plein investissement dans ce dossier afin de garantir un meilleur accueil du public et d'améliorer significativement les conditions de travail des fonctionnaires.

Mme la présidente. La parole est à M. Christian Hutin.

M. Christian Hutin. Je vous remercie de ces précisions, madame la secrétaire d'État, et je me réjouis de l'intérêt que porte Bernard Cazeneuve à notre commissariat, ce dont je ne doutais pas.

Madame la secrétaire d'État, vous êtes jeune, plus jeune que je ne le suis ; il est amusant de constater que le commissariat de Dunkerque a précisément mon âge. Pour reprendre le motif de la chanson de Fernandel, si je vieillis, mon commissariat aussi (Sourires). Dans cette même chanson, Félicie avait des fuites ; mon commissariat aussi. Félicie était bancale ; mon commissariat aussi.

M. Frédéric Reiss. Enfin un peu d'humour !

M. Christian Hutin. Avoir un bel hôtel de police, qui ne ressemble plus à l'hôtel de la chanson – l'hôtel d'Abyssinie et du Calvados réuni, si mes souvenirs sont bons –, tel est notre rêve le plus cher.