Actualités

L'islam radical et politique n'a pas sa place en France et doit être combattu

Divers27/06/19

Mes deux collègues, les députés LR Éric Diard et LREM Éric Poulliat ont remis aujourd'hui leur rapport sur la radicalisation islamique dans les services publics. Sport, police, transports, prisons… Les rapporteurs de la mission d\'information de l\'Assemblée nationale établissent, sur l\'infiltration de l\'islam radical, un constat inquiétant.

 
Cinquante-trois auditions, 60 heures d\'enregistrements, sept mois de travail parlementaire… Et au final, une véritable plongée dans « les services publics face à la radicalisation ». Je tiens à être très clair, je suis un fervent défenseur de la liberté de conscience et de la liberté de culte qui sont des acquis précieux et ne sauraient être remises en cause. Ce sont parmi les grand acquis de notre histoire et qui fondent l'idée que nous nous faisons de la liberté.

 
Mais je ne saurais accepter que dans notre pays, au nom d'une religion, quelqu\'elle soit porté atteinte aux valeurs de la République qui est sociale, laïque, une et indivisible. Il ne saurait être question d'accepter que soit remis en cause ce qui fonde notre république et cette volonté d'égalité qu'incarne la France.
 

La progression de l\'islam radical en France depuis des décennies est une réalité avec, au 29 mai, 21 039 personnes inscrites au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, dont 10.092 fiches actives. Parmi eux, plus de 1500 « individus exerçant ou ayant exercé une ou plusieurs professions qualifiées de œsensibles” en raison notamment soit de la nature de l\'activité exercée (transport terrestre, aérien, activités privées de sécurité…).
 J'ai toujours refusé de "regarder ailleurs"…Si nous voulons combattre, il faut regarder la réalité en face et je refuse que la République cède face à celles et ceux qui veulent la voir capituler. Il nous revient de tout mettre en œuvre pour faire reculer cette idéologie destructrice.