Actualités

Lactalis : Craon redémarre sous surveillance

Commission d'enquête09/07/18

Article de Emballages magazine

L'association Foodwatch dénonce "le règne de l\'impunité".

 

Après plusieurs mois d\'arrêt, l\'usine Lactalis de Craon (Mayenne) a été autorisée à reprendre sa production de poudres de lait infantile le 4 juillet. Fin 2017, 36 nourrissons ont été atteints de salmonellose après avoir bu un lait infantile des marques Picot et Milumel produit dans cette usine. Lactalis est alors aspiré dans un scandale sanitaire dont l\'ampleur demeure inédite. Identifiée comme source de la contamination, la tour de séchage numéro 1 reste fermée. La production ne sera pas commercialisée dans l\'immédiat. « Les produits infantiles fabriqués et conditionnés resteront consignés pendant une période de contrôles renforcés permettant d'obtenir toutes les garanties sanitaires requises pour leur mise sur le marché », précise le ministère de l'Agriculture et de l\'alimentation. « Ce qui était important c'est surtout que la tour numéro 1 ait été arrêtée. Compte tenu du fait qu'on a une seule tour de séchage sur le site de Craon, on a remis en place un flux des matières et beaucoup de travaux ont été faits dans ce cadre. On a aussi revu tout le plan de maîtrise sanitaire avec les autorités », pointe Michel Nalet, directeur de la communication de Lactalis. Si la préfecture autorise l'utilisation de la tour de séchage numéro 2 et des lignes de conditionnement, le site est toutefois placé sous le contrôle des pouvoirs publics. Les poudres de lait pour adultes, dont la fabrication a repris à la fin du mois de mai, sont commercialisées.

Enquête parlementaire

« La précipitation dans la relance de la production de poudres de lait à Craon est choquante. C'est le règne de l'impunité de décider de la réouverture de l'usine alors que ni les conclusions de l'enquête préliminaire judiciaire ni celles de l'enquête parlementaire ne sont encore connues », indique Karine Jacquemart, directrice générale de l\'organisation non gouvernementale (ONG) Foodwatch. Après avoir entendu les parties prenantes dont Emmanuel Besnier, le patron de Lactalis, le 7 juin, la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire présidée par Christian Hutin doit adopter son rapport le 18 juillet. Ce rapport est indépendant des différentes actions en justice.