Actualités

La République n\'a pas de concessions à faire à l\'ethnicisme

Divers07/12/17

Carnet de Jean-Pierre Chevènement

Le succès des nationalistes corses peut être relativisé par l\'importance de l\'abstention. Au total, ils ne représentent que moins d\'un quart des inscrits. Mais ce serait une erreur de sous-estimer la poussée de l\'ethnicisme en Corse comme partout ailleurs en Europe. C\'est une tendance de fond qu\'on a pu observer depuis le début des années 90 en Europe centrale et orientale, dans l\'ex-URSS, dans les Balkans, et maintenant en Europe occidentale avec la Catalogne, la Flandre, la Lombardie et la Corse. Le cas corse présente une originalité car la Corse n\'est pas une région riche. Elle bénéficie de transferts massifs de la part de la collectivité nationale de laquelle les nationalistes corses aspirent à se détacher. C\'est la limite de leur revendication. Celle-ci peut cependant se révéler contagieuse. C\'est pourquoi on attend du gouvernement de la République française qu\'il reste ferme sur ses principes : la République n\'a pas de concessions à faire à l\'ethnicisme.